«Non-contractuelles »
La vérité sur mes photos Instagram

Aujourd’hui, je vous partage un article qui me tient à cœur. Avec la superficialité qui domine souvent les réseaux sociaux et le monde des blogueurs, je souhaite de mon côté être la plus authentique possible. L’authenticité, ça passe aussi par-là, par vous dire que NON, mes photos Instagram, ne sont pas contractuelles. Elles ne traduisent pas la réalité d’un instant T. Dans ce monde où l’on est sans cesse connecté, de mon côté, j’ai fait le choix de me déconnecter. Je ne partage pas certains instants de vie afin de me reconnecter avec moi-même. Mais je vous rassure, ma vie comme mes séances d’entrainements ne sont pas toujours aussi glamour que mes photos Instagram. Je vous explique.

Génération réseau sociaux

Toujours connectés, disponibles, prêt à réagir, à vif. Les notifications smartphone s’activent même sur les montres d’entraînements. Quasi-impossible de déconnecter, de s’offrir un moment à soi, rien qu’à soi. Entre amis, les gens sont plus envoutés par leur téléphone ou plus précisément par les activités plus excitantes des autres, en apparence seulement que par le moment qu’ils sont en train de vivre. Toujours connectés, disponibles, sans l’être vraiment.

Nous envions la vie des autres avant de profiter de notre propre vie comme nous nous permettons de juger la vie des autres avant d’entamer un travail sur nous-même. Nous sommes la génération des réseaux sociaux.

 

Paradoxe, quand tu nous tiens

Voilà le problème (selon moi) : On tient tellement à partager l’authenticité du moment présent, que l’on oublie d’être nous-même présent à l’authenticité de l’instant.

C’est un fait, nous sommes constamment connectés. Paradoxalement, nous sommes la génération la plus déconnecté de tous les temps, de la réalité, de la magie, de l’instant, de la vie. Nous sommes des êtres sociaux : nous postons, nous partageons, nous échangeons, nous commentons. Pourtant nous sommes plus antis sociaux que jamais. Nous vivons à travers ce filtre de technologie. On passe plus de temps à liker un post ou porter un jugement sur la photo et le bikini de mme X sans la connaitre vraiment, que de regarder nos proches dans les yeux ou d’offrir un sourire à une personne dans la rue.

« Lâche ce putain de téléphone »

J’ai beau avoir un certain nombre d’abonnés sur mon compte Instagram, vous seriez cependant surpris de voir le peu de temps que je passe sur mon téléphone par jour.

Sur mon compte Instagram, je vous ai beaucoup parlé de sport et de mon rêve d’Ironman. Mais lorsque je m’entraine, lorsque je m’en vais fouler le bitume, je m’offre PLEINEMENT ce moment. Je suis là, concentré dans l’intensité de l’effort. Je me dois de me présenter physiquement à l’entrainement mais je pense qu’il est tout aussi important de m’y présenter mentalement. Lorsque je fais quelque chose, j’essaie de me déconnecter de TOUT sauf du moment que je suis en train de vivre. Une sorte de « bulle » de concentration où seul le moment présent compte.

Hors de question pour moi de faire une séance de course à pied par exemple en pensant à la photo que je vais pouvoir faire pour sublimer mon feed Instagram. Il existe pour moi, un temps pour chaque chose. Un temps pour nager, pédaler, courir, partager et un temps pour faire des photos.

Une chose à la fois

Lorsque je suis à l’entrainement, je suis pleinement concentré sur l’exercice physique. C’est-à-dire, que je suis totalement immergé dans ce que je suis en train de faire. Je sors du passé et du futur, je suis juste là. L’idée, vous l’aurez compris, est de me rendre plus présente à ma propre vie, avec ma personne intime et non à mon image sociale.

Donc 90% des photos Instagram que vous voyez sur mon compte proviennent de « séances photos » amateurs. C’est-à-dire qu’avec Maxou on se dit « tiens, et si on faisait des photos cette après-midi ? » De là, on choisit un lieu où les prendre et puis let’s go ! Ce moment où l’on prend des photos, c’est notre moment. C’est une activité que l’on a choisi de faire/vivre ensemble parce que l’on aime ça et que ça nous amuse. Un peu comme deux ados du club photo du collège.

J’ai fais des études d’art (arts appliqués, pour ceux qui connaissent) puis de communication visuel avant de prendre un grand virage à 180°. Tout ça pour vous dire que prendre des photos et tester différents presets dans lightroom, personnellement ça m’amuse vraiment et je le vis comme une activité « ludique » comme certains pourraient s’amuser à faire de la patisserie.

Je vous rassure, je suis humaine, comme tout le monde et ce que je vous dis là, ça n’a pas toujours été le cas. Je ne prétends pas non plus avoir raison ou avoir tout compris sur la vie.  Mais aujourd’hui, si je cours, je cours, si je mange, je mange, si je fais des photos, je fais des photos et si j’écris des textes, j’écris des textes. C’est le choix que j’ai faits : une chose à la fois pour être pleinement présente à l’authenticité de l’instant.

Maintenant, est-ce que cela m’empêche de vous partager du contenu authentique ? Des textes qui ont du sens ? Assurément non. Je post, partage avec ma sensibilité. Je partage la vie telle que je la vois : une opportunité de tirer le meilleur parti de notre temps sur cette planète. Cela ne m’empêche pas de vous montrer que personnes n’est parfait, que les hauts et les bas font partie de la vie et qu’en fin de compte, peu importe ce qui nous arrive, la vie c’est toujours ce que l’on décide d’en faire.

 

Lorsque vous avez fini de lire cet article

Une fois que vous avez fini de lire cet article, je vous invite à faire une chose un peu folle en 2019 : éteignez votre téléphone. Oui, vous avez bien lu, éteignez-le. Vous avez tant d’intérêts, ne perdez pas vos minutes à passer sans but d’une photo Instagram à l’autre sur votre téléphone. Vous avez  temps de ressources, de talents, ne les gâchez pas en utilisant que la moitié de votre potentiel. Prenez votre moment à vous. Prenez conscience de VOTRE vie.

J’espère qu’un jour, en regardant en arrière, vous pourrez vous souvenir d’aventures, de rires et d’une connexion profonde avec la vie. J’espère qu’un jour vous aurez bien plus à montrer au monde que votre feed Instagram.

Laura

2 commentaires
13 likes
Article précédent Comment choisir sa
combinaison néoprène ?
Article suivant: Organisation d’avant course :
Ironman 70.3 Sables d’Olonne

Dans le même thème

Commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *