Chapitre 1 :
L’appel des montagnes

Ne vous attendez pas à un compte-rendu détaillé ni même à un guide sur le tour des aiguilles rouges. Si c’est cela que vous pensiez trouver, vous n’en aurez alors qu’une vision très réduite et j’en suis désolé. Cet article est le parcours d’un couple crapahutant autour des aiguilles rouges. Mais il s’agit avant tout de mon parcours personnel pour essayer de me retrouver. Ce trek n’est qu’un moyen d’y parvenir et symbolise physiquement ce cheminement.

Besoin de souffler, de changer d’air, de nature. Cette idée s’était infiltrée dans mon esprit doucement, semaines après semaines jusqu’à ce que sur un coup de tête, une douce nuit d’été, nous décidions de partir vivre cette merveilleuse aventure du trekking.

En moins d’une semaine :

  1. Nous avons dû nous équiper de A à Z : tente, sac a dos, sac de couchage, gourdes, bref, décathlon a été notre meilleur ami !
  2. Nous avons planifié notre itinéraire : A nous cartes IGN et les stabylo, notre parcours c’est dessiné à l’écoute de nos envies et de notre instinct.

« THRU-HIKING »

Dans les premiers mètres, au cœur de Chamonix avec nos sacs à dos deux fois plus large que nous sur le dos, j’entends un touriste anglais nous désigner de : « thru-hiking ». Il s’agit d’un terme anglais désignant un parcours de bout en bout d’un sentier de randonnée de très très longue distance. Ce terme est plus souvent associé au sentier des Appalaches. Sois, pour dès randonneurs très expérimentés.

Thru-Hiking ? Sérieusement ?

Il faisait beau, il faisait chaud, nous étions dans la côte nous permettant de rejoindre le téléphérique Planpraz, marchant depuis moins de 10 min que j’étais déjà à bout de souffle, le dos en miettes, me demandant sérieusement comment j’allais bien réussir à atteindre ce foutu téléphérique, gigotant dans tous les sens afin de trouver une position qui puisse rendre le poids de mon sac à dos supportable. Cette randonnée me paraissait alors comme une gigantesque bourde.

En partant, je m’étais imaginé méditant pendant des heures sur fond de coucher de soleil, au lieu de cela, je me contentais de gémir, parce que mon dos et ma poitrine me faisaient mal après moins de 10 minutes de marche…

C’est seulement une fois arrivé en haut, que j’ai réalisé. Nous étions sur le chemin. Le Mont Blanc dans le dos, le sentier face à nous. Cette randonnée pouvait enfin commencer.

Le Tour des Aiguilles Rouges Etape 1 : Planpraz – La Flégere

Je n’avais jamais été doué pour les maths. Cette logique m’échappait complètement. Pour moi, le monde n’avait rien d’un graphique, d’une formule ou d’une équation. L’orientation, je ne vous en parle même pas ! J’avais décidé de faire entièrement confiance à Maxence et en mon instinct pour le parcours.

Mon instinct disait tout droit, Maxou disait à droite, les panneaux avaient décidé de nous laisser patauger dès les premiers mètres. Nous avons pris à droite, belle descente, je suis contente, j’en prends plein la vue, et la : « mais c’est une piste de ski, cela va nous faire re descendre aussi vite que nous sommes montés » Demi-tour toute, la belle descente s’est transformée en monter d’alpinisme – Elle ne viendrait pas du sud celle-là par hasard ? – Retour au point de départ.

Je m’étais créé une histoire. Je me fondais sur les visuels de notre carte et sur mon instinct ; je la regardais plusieurs fois, tentais d’analyser l’intention et la nuance cachée derrière chaque couleur, chaque mot.

J’avais l’impression d’être dans un problème géant :  » Si Laura & Maxou se dirige tout droit, rejoignent l’air de départ de parapentes que Laura a côtoyé toute son adolescence pour sa magnifique vue sur le Mont Blanc, longent le versant ouest de la vallée vers Argentière pendant une heure, se tiennent-ils sur l’arête de la Charlanon  ? »

Nous avons ainsi marché pendant 2 heures en direction de la Flégere jusqu’à ce que l’on trouve un endroit où poser notre tente. Notre première nuit ressemblait plus a un campement géant qu’a un tête à tête avec le Mont Blanc. J’ai regardé Maxence monter la tente, les gens se laver, préparer à manger et rigoler entre eux. Puis le soleil fondre dans des tons roses, orange et violets très doux sur le plus haut sommet d’Europe.

 

Etape 2 : Lac Blanc

Etape 3 : La vallée de Bérard

Etape 4 :  Col de Salenton ou es-tu ?  

Etape 5 : Vers Vallorcine et son café comptoir

 

 

 

2 comments
11 likes
Prev post: Chapitre 2 :
Lac Blanc
Next post: Ma première course
de 10 Km !

Related posts

Comments

  • Cam Dewoods

    02/01/2018 at 22 h 55 min
    Reply

    J'aime beaucoup moi qui adorerais le faire ! Et les photos sont superbes 😍

    • Laura Rêve en Grand
      to Cam Dewoods

      04/01/2018 at 20 h 12 min
      Reply

      Ohh heureuse que ça te plaise CAM ! Si tu as l'occasion de le faire : FONCE ♡

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *