Zéro Déchet :
par où commencer ?

Tout d’abord, la grande question : pourquoi je pourrais bien vouloir changer de mode de vie ? De passer d’un mode de (sur)consommation sans « prise de tête » à un mode de vie qui est sur le papier, bien plus contraignant (vers le zéro déchet) ? Et puis, c’est quoi l’intérêt de tout cela ? Est-ce une mode plus qu’un mode de vie ? C’est bien mignon tout ça, mais les déchets, ça se recycle ! Non ?

SURPRISE !

Et bah non, pas des masses.. Pour vous donner une toute petite idée de la réalité : « sur les 8,3 milliards de tonnes de plastique produites dans le monde, seules 9% ont été recyclées » selon un document de Science Advances de 2017 intitulé « Production, use, and fate of all plastics ever made ».

Alors, même si de nos jours, vivre sans aucun déchet reste une utopie, je vous l’accorde. Je pense (et ce n’est là que mon point de vue), que nous pouvons tout de même réduire considérablement notre impact environnemental, en consommant autrement.

Le zéro déchet, concrètement, qu’est-ce que c’est ?

 

 « Le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas. »

Le zéro déchet est un mode de vie qui vise à réduire au maximum sa production de déchets, jusqu’à ne plus en produire du tout, ou très très peu. Dans les faits, chacun a plus ou moins sa propre définition du zéro déchet. Pour ma part, il s’agit d’essayer (et je dis bien essayer) d’adopter un mode de vie moins néfaste pour la planète qui nécessite de repenser ma façon d’acheter et de consommer.

 

Par où commencer ?

Les 5 règles du zéro déchet :

1 = Refuser

« Le concept de refus est basé sur le pouvoir de la collectivité : si nous refusons tous les échantillons d’hôtel, ceux-ci ne seront plus proposés »

La première règle consiste donc à refuser ce dont nous n’avons pas besoin, tous les produits à usage unique ou encore toutes les petites breloques du quotidien comme les échantillons gratuits, les sacs plastiques au supermarché, les pailles en plastique au restaurant ect. Pour cela, il faut apprendre à dire « non merci » et il est vrai que ce n’est pas toujours facile. Mais avons-nous vraiment besoin d’un 20ème stylo publicitaire ou d’un 30ème échantillon de fond de teint qui ne nous correspond pas ?

C’est valable dans notre vie quotidienne, mais aussi sur les évènements sportifs : avons-nous vraiment besoin de dévaliser les ravitos pour des barres énergétiques que nous n’allons jamais consommer ?

Ou encore sur les réseaux sociaux où nous sommes de plus en plus tentés de tester tel ou tel produit et je dois avouer que j’en suis la première concernée ! Et c’est vrai : il n’est pas toujours facile de dire « non merci »… C’est pourquoi je me pose toujours cette question avant d’accepter des cadeaux de la part des marques ou des partenariats : « est-ce que j’en ai vraiment besoin ? »

2 = Réduire

La deuxième règle du zéro déchet consiste à se séparer de tout ce dont nous n’avons pas réellement besoin. Pour cela, j’ai personnellement commencé par trier et désencombrer ma maison de fond en comble ! J’ai commencé par ma chambre, puis ma salle de bain puis la cuisine et je dois être honnête, j’ai été plus que surprise de voir touuut ce que j’étais capable de garder alors que je n’en avais même pas besoin et que je ne m’en servais jamais. Heureusement que j’étais seule lors de ce désencombrement, car j’aurais bien eu envie de me cacher tellement j’en avais honte.

L’intérêt n’est donc pas de re-remplir mes placards, mais bien de repenser ma manière d’acheter afin de modifier mes habitudes de consommation : privilégier la qualité et la durabilité à la quantité, cesser d’acheter ou accepter des vêtements et des objets dont je n’ai pas réellement besoin ect.

3 = Réutiliser ou réparer

La troisième règle consiste à réutiliser tout ce qui peut avoir une deuxième vie. Nous pouvons, par exemple, réutiliser des bocaux en verre pour y mettre des aliments acheter en vrac : plutôt qu’acheter de la compote de pommes en 4x petits pots en plastique, nous pouvons acheter sa version maxi pot en verre et réutilisez ce pot en verre pour y mettre notre quinoa acheté en vrac ou de la compote de pomme fait maison.

4 = Recycler

La quatrième règle du zéro déchet consiste à recycler tout ce que nous ne pouvons ni refuser, ni réduire, ni réutiliser ou réparer. À ce stade, il n’est plus supposé resté grand-chose et il ne reste donc plus qu’à trier ses différents déchets. Pour cela, il faut se renseigner sur les consignes de tri de notre propre ville.

5 = Composter

Enfin, la dernière règle consiste à composter tout le reste : les déchets organiques. C’est ma règle manquante, celle que je n’ai pas encore appliquée. Je reviendrais donc faire un update de ce coté-là une fois le compost mis en place 🙂

Respecter la progressivité

Si je n’avais qu’un seul conseil à vous donner ce serait celui-là : allez-y progressivement, à votre rythme ! L’Homme étant un être d’habitudes soumis à des normes sociales, il n’est donc pas toujours facile de tout changer d’un coup et ça tombe bien car le « zéro déchet », c’est avant tout le résultat de plusieurs années de patience et d’investissement personnel. Cela ne sert à rien de se mettre une pression monstre, nous avons tous des rythmes de vies différents, des moyens financiers différents ect.. Le tout est d’adopter ce nouveau mode de vie dans le respect de nos propres possibilités !

 

Mes premiers pas vers le zéro déchet

 

Bouteille en verre et gourde en Inox

Fini les bouteilles en plastique, bonjour la gourde en Inox ! Suite à vos conseils sur Instagram, j’ai choisi une gourde de la marque Qwetch, cela fait plus d’un mois que je l’utilise et j’en suis très contente. À la maison, c’est carafe d’eau + bâtons de charbons de bois pour filtrer l’eau du robinet que je trouve chez Zodio ou chez Nature & découverte. Les bâtons de charbons de bois ont une durée de vie de 6 mois (3 mois + 1 réactivation dans l’eau bouillante qui permet de filtrer l’eau jusqu’à six mois)

Le vrac

J’ai commencé à acheter en vrac tous les aliments secs que je réussis à trouver (quinoa, lentilles, poids chiche, amande, noisettes ect). Pour cela, j’ai des sacs en tissus (qui me servent également pour les fruits et légumes) que je remplis au magasin (bio, primeur ect) et une fois rentrée à la maison je remplis mes bocaux en verre.

Bee Wrap

Pour en finir avec l’aluminium ou le cellophane et pour recouvrir nos plats ou bien pour transporter nos biscuits maison, nous avons fabriqué avec Maxou des « bee wrap », pour cela, rien de plus simple :

  • Il vous faut des morceaux de tissus en coton
  • De la cire d’abeille en pépite achetée en magasin bio ou en direct chez un apiculteur (coucou Apirun)
  • Du papier cuisson (à conserver pour la fabrication des bee wrap, il se réutilise)
  • Préchauffer votre four à 80 °C (mode : maintient au chaud)
  • Mettre le tisss sur la plaque du four + saupoudrer par-dessus les pépites de cire d’abeille (Il ne faut pas recouvrir tout le tissu mais en mettre de façon homogène, en n’oubliant pas les coins. Un seul côté suffit car la cire en fondant va pénétrer le tissu)
  • Au four pour quelques petites minutes (2-3) en surveillant bien
  • Dès que la cire est entièrement fondue,  retirer le tissu en le tenant par les deux coins. Tenez-le à la verticale pendant 1 min (la cire refroidie très vite)

Contre-indication : attention, ne pas emballer directement dans un bee wrap des aliments crus (viande, poisson…)

Salle de bain : savon solide et brosse à dent en bambou

Du côté de la salle de bain, j’ai remplacé mon savon par un savon solide et surprise : ma peau s’en porte à merveille ! Ayant une peau très sensible j’en avais peur mais il faut croire qu’un savon solide bio 100% naturelle est bien mieux pour ma peau que n’importe qu’elle savon liquide sous plastique avec une accroche marketing de folie !

J’ai testé la marque Pachamamaï (toujours grace à vos conseils sur Instagram) pour les shampoings. Il est encore trop tôt pour en faire un retour définitif et pour être à 100% honnête le prix me freine un peu pour le long terme.

Toujours côté salle de bain, j’ai remplacé nos brosses à dents par des brosses à dents en bambous que j’ai acheté sur le site Organic Basics en même temps que ma commande de basics.

Prochaine étape, une fois le dentifrice fini : le remplacer par un dentifrice solide. En revanche, je me vois mal dire adieu aux produits de soin type crème hydratante ect

Textile : découverte d’Organic Basic

Alors non, ce n’est pas du zéro déchet ! Mais dans l’idée d’essayer de réduire et de favoriser la qualité à la quantité, je me suis tournée vers Organic Basic lorsque j’ai dû renouveler mes basiques : sous-vêtement et tee-shirt blanc. Organic Basic utilise uniquement des matériaux certifiés biologiques, recyclés et à faible impact.

Depuis sa création, la marque a évité 2,43 tonnes* de gaspillage, 29,23 tonnes* de produits chimiques, 1991 GJ* d’énergie, 163 tonnes* d’émission de CO2 et 3002 m³* d’eau par rapport aux pratiques traditionnelles(*).

Et ce n’est pas fini…

Vous l’aurez compris, je ne suis qu’aux prémisses d’un mode de vie zéro déchet. Il me reste encore tant à faire, mais je suis déjà hyper contente de toutes ces petites actions mises en place car elles ne sont pas négligeables aussi bien pour mon quotidien que pour l’environnement. Je suis humaine et parfaitement imparfaite, j’ai encore beaucoup de choses à découvrir et je ne vous le cache pas : je risque de succomber à encore pas mal de produits sous plastique. Je préfère être honnête.

Rester indulgent et bienveillant

Je dois avouer que lorsque je me suis mise à écrire cet article, j’ai eu peur. Peur de me faire réprimander au moindre faux pas sur Instagram ou ici-même sur le blog. Je suis loin d’être parfaite et d’avoir un mode de vie ou de consommation parfait, ça c’est certain. Mais j’essaie de faire de mon mieux, à mon rythme et avec les moyens que j’ai en ma disposition. Si j’ai écrit cet article ce n’est surement pas pour vous faire la leçon, mais plus dans le cas où vous vous demanderez ce qu’est le zéro déchets et/ou comment commencer ? J’espère avoir su répondre à vos questions. N’oubliez pas que les étapes se franchissent petit à petit et que les prises de conscience sont propres à chaque individu = nous ne pouvons pas forcer une prise de conscience.

 

Pour être honnête, je pense qu’il me faudra plusieurs années avant de me défaire de toutes mes mauvaises habitudes, de ne plus craquer pour tel ou tel produit et de réellement vivre avec le moins de déchet possible. En attendant, je prends vos conseils et de vos suggestions en commentaires dans la mesure où ils sont apportés avec indulgence et bienveillance 🙂

Merci d’être là,

Laura

 

3 commentaires
10 likes
Article précédent Chtriman 113 2020 :
Here I go !
Article suivant: 4 livres pour
une prépa triathlon

Commentaires

  • David

    28/10/2019 at 18 h 18 min
    Répondre

    Bonjour Laura, un super article, il est vrai que faire moins de déchets c'est bien et compliqué également mais comme tu dit faire un p'tit […] Lire plusBonjour Laura, un super article, il est vrai que faire moins de déchets c'est bien et compliqué également mais comme tu dit faire un p'tit effort de notre part ne coûte rien ! j'ai une question, on m'a dit que quand on boit de l'eau du robinet il faudrait avant de la consommé la mettre 2h00 au frigo pour supprimer le calcaire, as tu entendu parler de ça ? Je t'avoue que je le fait mais sans savoir si c'est vrai ! Read Less

    • Laura Rêve en Grand
      to David

      28/10/2019 at 18 h 36 min
      Répondre

      Bonjour David, merci pour ton commentaire ! Alors pour répondre à ta question, avec les bâtons de charbon de bois pour purifier l'eau, j'attends entre […] Lire plusBonjour David, merci pour ton commentaire ! Alors pour répondre à ta question, avec les bâtons de charbon de bois pour purifier l'eau, j'attends entre 4 et 8h avant de la boire et je la met au frigo :) Après sans le bâton et seulement au frigo je dois t'avouer que je n'ai pas la réponse ! Read Less

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *