Comment s'équiper pour
la haute route du Grand Paradis?

La Haute Route du Grand Paradis n’était pas ma première expérience en Haute Montagne. J’avais déjà fait un trek de quatre jours en totale autonomie autour des Aiguilles Rouges avec Maxou. Cette expérience m’avait donné les bases. À savoir, les indispensables à avoir dans mon sac a dos. Elle m’avait également permis de prendre conscience qu’en montagne, chaque gramme compte. 

Cependant, cette fois le contexte était différent : je dormais en refuge, ce qui veut dire que je n’avais pas besoin de porter une tente et un sac de couchage. De plus, j’allais réaliser l’ascension de mon premier 4000m, crampons aux pieds !

Pour cette première expérience d’alpinisme, je me demandais ce que j’allais bien pouvoir mettre dans mon sac a dos… Heureusement, notre conseillé d’agence Allibert Trekking m’a conseillé à distance sur le choix de mes chaussures d’alpinisme.

Je fais le point ici avec vous des tenues que j’ai utilisées pour la haute route du Grand Paradis, des produits que j’ai vraiment aimés, des choses qui m’ont manqué, et de ces habits dont j’aurais pu me passer.

1. Quelles chaussures pour la Haute Route du Grand Paradis (5 jours de trek + l’ascension du Grand Paradis) ?

C’est (selon moi) l’élément ESSENTIEL pour le bon déroulé de votre trek. Des chaussures d’alpi non adaptées peuvent transformer votre trek en cauchemar: ampoules, entorse à la cheville et j’en passe.

 La chaussure d’alpinisme reste l’équipement indispensable pour les ascensions plus engagées, les randonnées en haute et très haute montagne, la pratique de la cascade de glace et les expéditions grand froid.

– Au vieux campeur

Je vous invite vivement à lire l’article : un petit coup de main pour bien choisir vos chaussures d’alpinisme ?

De mon coté, on m’avait conseillé les marques Sportiva et Scarpa mais, je vais être honnête avec vous, je n’avais pas le budget (environ 300€). J’ai, enfin, Maxou nous a trouvé une bonne alternative : Simond Chamonix, la chaussure d’alpinisme Light Homme et Femme à 170€.

On aurait pu prendre des chaussures sans débords à l’arrière, bien moins chères. Mais c’était important pour nous de pouvoir mettre des crampons semi-automatiques, bien plus facile à utiliser que les crampons classiques. Nous ne savons pas encore si elles nous permettront de faire beaucoup de courses en montagne, si elles sont résistantes ou non mais elles sont imperméables et respirantes. Pour cette première expérience de 5 jours avec notre première ascension, nous en sommes ravies.

 

2. Ne négligez pas vos chaussettes

Choisir ses chaussettes faire de la randonnée, c’est aussi important que de bien choisir ses chaussures d’alpinisme car nos pieds sont les premiers à souffrir de longues journées de marche. J’ai acheté les chaussettes Cep Outdoor Light Merino Mi-haute. Je les ait trouvées après avoir fouiné sur le site plutosport.fr, un site plutôt cool qui fait pas mal de promotions sur des articles de sport. Ce sont des chaussettes de compressions en laine de merinos, l’avantage est donc double : la compression favorise la circulation sanguine et la laine de merinos est ultrarésistante (notamment aux odeurs), elle garde au frais lorsqu’il fait chaud et au chaud lorsqu’il fait froid. Le point important pour moi : elles sont douces au toucher, j’ai la peau très sensible alors rien de pire pour moi que des chaussettes 100% synthétiques qui grattes !

J’ai également pris les chaussettes de randonnée 520 decathlon mais entre nous, mes pieds ont préféré les Cep, bien plus plus douces.

Un conseil: ne prenez pas trop de chaussettes ! J’avais pris trois paires. Au final, il ne faut que deux paires que l’on porte un jour sur deux. 

 

3. Tenue de base pour randonnée en journée

Lorsqu’il faisait beau, j’étais en short / brassière / tee shirt. Pas d’extravagance ou de vêtements spécifiques pour faire de la randonnée, j’étais en short de running Nike Elevate, en brassière Indy Bra Nike et en tee shirt R5 Gore Wear.

Important : les lunettes de soleil de niveau 4 ! Bon clairement, je n’avais pas envie d’investir. J’ai donc pris une paire decathlon, les MH570 noires & bleus qui m’ont largement fait l’affaire !

4. La règle des couches : on fait l’Oignon !

À chaque changement climatique, il suffit d’ajouter une couche de vêtement par-dessus « la base » que je vous ai détaillé juste au-dessus.

Mes différentes couches du haut  : 

Sous vêtement technique Odlo, voir le modèle >

Veste Odlo, voir le modèle >

Veste d’alpinisme The North Face modèle Shinpuru II (la veste rose de mes photos). C’est une veste de l’ancienne collection, je ne peux donc pas vous mettre le lien mais l’idée est d’avoir une veste imperméable type Gore-Tex. Perso, je suis fan de cette marque 🙂

Mes différentes couches du bas :

Legging running Kalenji, ancienne co

Pantalon d’alpinisme Simond, voir le modèle >

5. Mes accessoires indispensables 

Pour la journée :

  • Un bonnet fin mais chaud
  • Des gants de running fin pour la randonnée d’approche
  • Des gants d’alpinisme pour l’ascension. Je suis personnellement ravie du modèle Cascade Simond qui a contré mon syndrome de raynaud lors de l’ascension
  • Je me répète mais c’est très important, une paire de lunette de soleil de niveau 4
  • Un cache cou
  • Des battons ! VRAIMENT important, je ne voulais pas en prendre, ma plus grosse erreur. J’ai fini par emprunter ceux de Maxou qui a réussi à se débrouiller sans mais, la prochaine fois, j’en prends !
  • Une lampe frontale (le départ pour l’ascension est aux alentours de 4h du matin)

Dans le sac :

  • Un sac à dos d’alpinisme 33L, encore une fois, c’est vers Decathlon que je me suis orienté pour le rapport qualité/prix. L’avantage d’un sac à dos d’alpinisme est qu’il vous permettra de ranger le matériel nécessaire à l’alpinisme (porte piolet, poche d’hydratation, filet porte casque ect)
  • Une poche à eau 2L (on remplissait nos poches dans les fontaines des refuges)
  • Un couteau Opinel
  • Une couverture de survie réutilisable

Pour les soirées/nuits en refuge :

  • Une serviette microfibre pour la douche (une taille M suffit amplement, ne faite pas comme Yoann à prendre une taille L, cela vous encombrera pour rien)
  • Des claquettes ! (oui parce qu’au refuge, les chaussures restent dans l’entrée et mieux vaut éviter de marcher en chaussette. Les refuges prêtes des claquettes, à vous de voir si vous voulez mettre vos pieds là ou d’autres pieds ont été mis aha)
  • Un sac à viande (pas obligatoire, perso, je n’en utilise pas. On s’en sert surtout lorsque la propreté est suspecte dans les refuges…)
  • Des boules quies !!! (mon meilleur investissement du trek ahaha)
  • Un pyjama

6. Dans la trousse de toilette

  • Crème solaire (vous pouvez en prendre une pour plusieurs)
  • Crème Nok (idem, vous pouvez en prendre une pour plusieurs)
  • Compeed
  • Strap (idem, vous pouvez en prendre un pour plusieurs)
  • Déodorant
  • Brosse à dent coupé et dentifrice (idem, vous pouvez en prendre un pour plusieurs, le dentifrice, pas la brosse à dent lol)
  • Premiers secours et médicaments de base : paracetamol (surtout si vous êtes sujets au mal des montagnes), smecta en gel ect

7. Le matériel spé alpinisme

En ce qui concerne le matériel propre à l’alpinisme (casque, piolet, baudrier et crampons), il est inclus dans le tarif du séjours. C’est donc un prêt d’Allibert Trekking pour nos cinq jours sur la haute route du grand paradis.

8. Les sacs de congélations

Je range mes affaires dans des sacs de congélations que je compartimente par « utilité ». Exemple, je mets mon pyjama dans un sac de congélation, ma tenue de base (brassière/short/tee-shirt) dans un autre sac de congélation, ma première sur-couche (pantalon kalenji et sous-vêtement technique) encore dans un autre sac de congélations et ainsi de suite. Ça me permet de trouver ce que je cherche bien plus rapidement dans mon sac a dos. De plus, s’il y a une fuite de la poche à eau ou toute autre mésaventure de ce type, les vêtements sont protégés.

J’ai également un sac de congélation qui me fait office de mini poubelle pour y mettre mes mouchoirs et emballage avant de pouvoir les jeter dans une vraie poubelle.

Bien évidemment, d’une aventure à l’autre, je conserve mes sacs de congélations. La plastique, c’est tout sauf fantastique…

 

Pour conclure sur l’équipement nécessaires pour un trek de cinq jours et une ascension de sommet, je voulais insister sur le fait que vous n’avez pas forcement besoin d’investir dans des vêtements dédiés à la randonnée et/ou à l’alpinisme. Parfois, un simple short et un vieux tee-shirt de running suffisent.

Il ne sert à rien non plus d’apporter des habits pour le soir aux refuges (sauf pyjama), en fait vous serez toujours en veste/polaire ! C’est pour tout le monde pareil. Mieux vaut ne pas se charger.

S’il y a bien une chose que j’ai apprise de cette expérience là, c’est que l’on ne peut pas se passer de bâtons (à la différence du tour des aiguilles rouges où je m’en étais bien passé). Dès que le terrain devient techniques, ils deviennent une nécessitée.

Vous savez tout, j’espère que cet article vous sera utile dans la préparation de votre trek,

Vous pouvez revivre mes 5 jours de randonnées sur la haute route du grand paradis ici >

Merci d’être là,

Laura

 

Credits Photos :Yoann Rochette

0 commentaires
4 likes
Article précédent Haute Route du Grand Paradis avis Allibert TrekkingArticle suivant: La Haute Route du Grand Paradis
Je réponds à vos questions

Dans le même thème

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *