Ma prépa Ironman
Vichy – Part 3

La canicule est là pour me rappeler que l’Ironman Vichy c’est dans moins de deux mois. Déjà ! De quoi bien se préparer ahaha. Les semaines d’entrainements passent (beaucoup) trop vite. Après vous avoir partagé mes quatre premiers mois de préparation Ironman ici et , je vous livre aujourd’hui la suite de ma prépa Ironman Vichy : les mois de mai et juin.

Pour ceux qui me demandent encore ce qu’est un Ironman… 🙂

Un Ironman, c’est un triathlon longue distance. Soit 226km d’effort répartit en 3,8km de natation, 180km de vélo et 42km de course à pied à faire en moins de 16h, sans « pause ». C’est une épreuve sportive définie comme « extrême » d’où l’importance de s’y engager en conscience. C’est-à-dire d’être pleinement conscient de ce que représente physiquement et psychologiquement une préparation physique Ironman et une course Ironman.

Je tiens à préciser une fois de plus que si je vous partage ma prépa (dans les grandes lignes seulement), c’est pour vous montrer qu’aucun rêve n’est impossible à réaliser. Mon objectif personnel ? Être Finisher tout en prenant un max de plaisir. Quel que soit votre objectif, je ne peux que vous encourager à vous faire accompagner d’un coach qualifié dans votre aventure Ironman.

 

La natation :

Concrètement, aucun changement à l’entraînement. Le point positif cette année, c’est que j’adore aller nager. J’ai eu de très bonnes sensations à l’Ironman 70.3 Sables d’Olonne. La natation à la réputation d’être un sport assez ingrat, j’avais donc peur que ma rigueur à l’entrainement ne suffise pas à ma progression mais j’ai finalement bel et bien progressé et ça fait plaisir !

J’ai également eu l’occasion de nager sans combinaison lors de la 2e Etape de Coupe de France d’Eau Libre et je suis plus que rassurée pour Vichy. La sensation de glisse était bien présente.

Pour vous donner une idée :

1 séance de 3000m effort facile endurance / technique

1 séance de 3000m effort moyen / vitesse

Le vélo :

À ce moment-là de la prépa, il n’y a pas de secret, il faut rouler, rouler et encore rouler. Bon, j’ai toujours ma séance spécifique sur home trainer en semaine mais le week-end, c’est sur les routes que ça se passe, quelles que soient les conditions climatiques : vent, pluie, canicule. Il m’est arrivé de faire 4h sous la pluie un samedi puis 4h sous 30° le samedi suivant. C’est le jeu !

Pour mon anniversaire, j’ai eu un compteur GPS Garmin (le edge 530), ce qui m’a permis de réaliser mes premières sorties longues 100% solo ! J’ai la chance d’avoir une route fermée aux voitures près de chez moi, jusqu’à présent j’y tournais en rond lorsque je n’avais personne pour m’accompagner rouler (#tristesse lol). J’ai enfin pu découvrir le bonheur des sorties solos 🙂

Enfin, je sais désormais rouler sur les prolongateurs. C’était ma hantise l’année dernière… Mais j’ai commencé à me sentir de plus en plus à l’aise sur le vélo et à en ressentir le besoin. J’ai alors demandé à Maxou de me les installer 3 semaines avant le 70.3 des Sables d’Olonne et honnêtement, je me demande comment j’ai fait pour rouler tout ce temps sans ! Quel plaisir.

A l’entraînement, j’avais minimum 3 séances vélo par semaine :

1 spécifique sur Home Trainer en semaine

1 séance jeux d’allure 70.3 + 1 séance d’endurance le week-end

Course à pied

 

Je prends énormément de plaisir à m’entrainer en course à pied mais j’ai cependant eu ces deux derniers mois une petite douleur au niveau du tibia. J’ai eu beaucoup de mal à trouver une paire de chaussures pour remplacer mes vieilles New Balance 1080, j’ai donc dû tester plusieurs paires/marques avant de trouver la bonne, ce qui a pas mal titillé mon périoste à un moment de la prépa ou la charge d’entraînement était assez importante. J’ai donc loupé 2 séances le temps que l’inflammation se calme et aujourd’hui tout va très bien 🙂

Pas de grand changement à l’entrainement, j’ai des séances de vitesse/technique + des séances d’endurance critique (2H) + des enchaînements vélo > course à pied avec des jeux d’allures 70.3.

L’ironman 70.3 Sables d’Olonne :

Je suis très heureuse de ma prestation sur cette course qui était un entraînement pour Vichy. J’ai fait une très bonne natation et un super vélo (à mon niveau) ainsi qu’une course à pied en maitrise sous la chaleur bien que très en retenue. Cette course me met en confiance pour la suite de la prépa et l’Ironman Vichy ! 

                                                                             

Bilan physique et moral :

Je suis en pleine forme et j’ai très bien récupéré de l’Ironman 70.3. Je suis actuellement en reprise progressive d’entrainement pendant deux semaines. Ensuite, ce sera direction Chamonix, puis les Alpes Italiennes pour une semaine de trek/alpinisme. À mon retour, la prépa spécifique Ironman pourra enfin commencer !

D’une manière globale, je suis toujours dans mon mood « ZERO STRESS ». Je profite de chaque seconde à l’entraînement. Je me répète, mais je mesure la chance que j’ai de pouvoir faire de l’alpinisme et m’entrainer tous les jours pour une course aussi exigeante qu’un Ironman.

Moins de 2 mois me séparent de l’objectif de l’année..

Merci d’être là,

Laura

Ironman Vichy 2019, here I go >

Ma prépa Ironman Vichy – Part 1>

Ma prépa Ironman Vichy – Part 2>

Note : Je tiens à préciser que cet article traduit MON expérience personnelle. Ma prépa est adaptée à mon niveau et à mes objectifs. Il existe autant de prépa ironman que d’athlète ou de coach. À vous de trouver ce qui vous convient ♡

 

0 commentaires
8 likes
Article précédent Quel équipement pour
un Ironman 70.3 ?
Article suivant: La Haute Route du Grand-Paradis Jour

Dans le même thème

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *